dimanche 17 février 2019

I Industrie pharmaceutique

Les auto-dépistages VIH en pharmacie

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Simples et rapides, mais réellement efficaces ?


Depuis le 15 septembre 2015, il est possible de réaliser soi-même un dépistage de l’infection par le VIH par un test facile à utiliser et qui peut être réalisé discrètement chez soi. Mais se pose aussi la question de la fiabilité et de la prise en charge d’une éventuelle séropositivité.


Différents types de tests de dépistage du VIH


Jusqu’alors il existait le test Elisa de 4ème génération qui est le plus fiable des tests. Il est réalisé dans un cadre médical sur l’analyse d’une petite quantité de sang et est aussi efficace sur les infections récentes. Il était aussi possible de dépister le VIH par le TROP, test de dépistage rapide à orientation diagnostique. Ce test se faisait sur un prélèvement de sang total, de fluide gingival, de sérum ou de plasma.

Depuis le mois de septembre 2015, les intéressés peuvent se dépister eux-mêmes après l’achat d’un kit d’auto-dépistage qu’ils se seront fournis auprès de pharmacies autorisées à la vente. Il s’agit d’un TROD destiné à l’utilisation dans un environnement domestique et par un utilisateur non initié à la médecine. Le prélèvement et l’interprétation sont donc à la charge de l’utilisateur.


Un dépistage plus fréquent et une prise en charge précoce


Cet auto-dépistage mis à la disposition du grand public est une avancée importante dans la découverte de nouveaux cas d’infection par le VIH. Des publics réticents aux prélèvements effectués dans les hôpitaux et associations peuvent ainsi vérifier leur séropositivité en toute discrétion et très simplement. Il est ainsi possible de toucher des populations moins réceptives aux outils classiques et amener les personnes atteintes à prendre en charge leur maladie.

Une notice détaillée est livrée avec le kit de dépistage afin d’accompagner au mieux l’intéressé dans la réalisation du test. Les pharmaciens et professionnels de santé amenés à vendre ou distribuer gratuitement les kits ont été informés par un document répondant aux questions pratiques pouvant émerger de l’utilisation des kits par des personnes non initiées.


Des dérives possibles et une nécessité d’encadrer les auto-dépistages


L’auto-dépistage est un outil intéressant pour la découverte de la séropositivité d’un plus grand nombre de personnes. En effet, 20% de personnes contaminées ne sont pas conscients d’être atteintes par le VIH. Mais, les professionnels de santé mettent en garde contre des dérives possibles liées à certains sites Internet peu scrupuleux qui mettent en vente des auto-dépistages non marqués CE et donc manquant de fiabilité.

De plus, même les auto-dépistages marqués CE ne sont pas fiables à 100% et doivent impérativement être réalisés selon les conditions définies par le fabriquant pour être efficaces. Malgré toutes les précautions prises par les utilisateurs, certains résultats faux-positifs ou faux-négatifs peuvent être détectés. Les auto-tests doivent être confirmés par un test Elisa de 4ème génération pour constituer une réponse fiable à la détection de l’infection.

Une fenêtre séroconversion doit être respectée car l’infection du VIH ne se détecte pas toujours dans les premiers jours de contamination. Cet auto-test reste donc un outil à utiliser avec précaution et selon certaines conditions incontournables pour être véritablement efficace.

On se pose aussi la question du choc que peut ressentir une personne réalisant le test seul chez elle. Le numéro de Sida Info Service est indiqué sur la notice mais certains utilisateurs peuvent éprouver une peur ou une honte à appeler ce service. Une prise en charge psychologique est pourtant recommandée pour un accompagnement lors la prise de conscience de la maladie.

 

Christos ROUSSAKIS

La Plateforme Nationale des Professionnels de la Santé
7 rue Jean Baptiste Corot
44100 Nantes

E-mail :

contact@plateforme-professionnels-sante.fr.

Tél :

06 03 97 16 37