dimanche 17 février 2019

S Santé publique

Comment diminuer la pénibilité des professionnels de santé au travail ?

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Poser un diagnostic précis des causes de pénibilité

Avant de souhaiter régler les dysfonctionnements, il faut pouvoir mettre au jour leur existence, essayer de les mesurer le plus précisément possible et identifier les risques dans l’environnement que côtoie chaque jour le professionnel de santé.

La pénibilité peut se présenter sous plusieurs formes et créer des désagréments considérables s’ils sont ressentis au quotidien. Il est donc important d’être à l’écoute du professionnel de santé et de le laisser exprimer ce qu’il ressent même si la chose peut paraître anodine. Un classement des produits peut efficient, une charge de travail trop considérable qui génère du stress ou encore une manutention trop pénible à effectuer. Il est important que le professionnel de santé puisse mettre des mots sur ce qu’il considère comme une pénibilité.

Pour mesurer la pénibilité des conditions de travail, il faut être établir un diagnostic en échangeant avec le professionnel de santé et en se rendant sur son lieu d’exercice. Il est parfois plus aisé de saisir ce qui peut stresser une personne ou qui peut lui provoquer des problèmes  de santé en visualisant le professionnel de santé dans son environnement de santé.

Il s’agit ensuite de classifier la pénibilité selon deux catégories :

- Les atteintes physiologiques

- Les atteintes psychologiques

L’ergonomie physiologie

Le diagnostic établit incite ensuite à prendre des décisions concrètes pour améliorer les conditions de travail. Est-ce que les espaces de travail proposés aux professionnels de santé sont agréables ? Lumineux ? Pratiques ? Il est important de cibler les changements qui peuvent être mis en place et qui apporteront un véritable mieux-être aux personnes.

Certaines modifications, pourtant minimes, peuvent avoir un véritable impact sur l’état d’esprit du professionnel de santé. Dans les gestes quotidiens qui sont effectués chaque jour, est-ce que le matériel est positionné de telle manière que les actions s’enchaînent de manière fluide ? Il suffit de réaliser la tâche pour se rendre compte que l’on peut parfois multiplier des gestes totalement inutiles.

Il est important aussi de mesurer la nuisance sonore et les bruits environnants qui sont parfois sources de fatigue, de crispation ou de stress. Un bruit sourd qui occupe en permanence une pièce, le bruit irritant d’un meuble qui grince ou encore la mauvaise isolation de certains bureaux ne sont pas des éléments à négliger. Paraissant insignifiant, on se rend pourtant compte du poids qu’ils avaient sur le quotidien lorsqu’ils viennent à disparaître.

Il faut aussi prêter attention à la luminosité d’un environnement de travail, à la hauteur d’un mobilier permettant de manipuler les patients ou encore à la température du lieu.

L’ergonomie psychologique


La prise en compte de l’aspect psychologique est une part importante de la réussite d’une diminution de la pénibilité du travail pour les professionnels de santé. Comment sont transmises les informations ? Comment sont-elles traitées ? Y a-t-il des protocoles mis en place pour l’échange des données ou cela se fait-il de manière aléatoire ?

Il faut repenser les échanges entre collègues, avec les patients et avec sa hiérarchie afin de fluidifier et faciliter la transmission d’informations quotidiennes.

Si le protocole existe, il est primordial de constater son bon fonctionnement. Si les professionnels de santé n’arrivent pas à l’adopter c’est qu’il n’est pas adapté à leurs habitudes et qu’il faut peut être le repenser pour qu’il soit plus adéquat.
Il est aussi indispensable de travailler sur les manières de s’exprimer et de comprendre qu’une hiérarchie ou des collègues trop directifs et peu enclins à l’écoute sont une véritable source de stress au quotidien.

Accumulation de frustration, sentiment de ne pas être écouté, perte d’informations par manque d’organisation sont autant de raisons d’être anxieux et de ne pas se sentir épanoui. Il faut parfois oser remettre en cause la conception traditionnelle d’un fonctionnement établi depuis des années en acceptant qu’il n’est plus adapté ou qu’il a des failles.

Changer pour évoluer

La prise en compte de la pénibilité du travail des professionnels de santé est indispensable pour améliorer le fonctionnement d’une entreprise mais aussi et surtout, pour ne pas plonger la personne dans un profond mal-être ou l’amener au développement de troubles musculo-squelettiques ou de risques psycho-sociaux. De nombreux professionnels de santé ressentent des douleurs provoquées par une mauvaise posture ou éprouvent stress ou anxiété. En mettant des mots sur ces souffrances, il est plus simple d’essayer de les résoudre.

Repenser l’aménagement d’un espace de travail, créer des lieux et des temps d’écoute et de paroles, favoriser une plus grande fluidité dans leur fonctionnement quotidien suffit parfois à nettement améliorer le travail des professionnels de santé.
 

En somme, il faut que le professionnel de santé puisse exprimer ce qu’il ressent et évoquer ce qui peut être une source de mal-être. Il faut ensuite trouver des solutions ensemble pour améliorer le cadre de travail, l’échange avec les collègues ou encore la réalisation de tâches de manutention.

 

Edmond le Borgne
Président de la Plateforme Nationale des Professionnels de la Santé

La Plateforme Nationale des Professionnels de la Santé
7 rue Jean Baptiste Corot
44100 Nantes

E-mail :

contact@plateforme-professionnels-sante.fr.

Tél :

06 03 97 16 37