dimanche 17 février 2019

S Santé publique

L’agression des professionnels de santé dans les établissements de santé

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Force est de constater que les professionnels de santé sont de plus en plus confrontés à une violence régulière et insidieuse. Des mesures visant à réduire ce nombre d’actes de violence sont à développer et la prise en compte de ces agressions est indispensable pour éviter de laisser le professionnel de santé faire face seul à cette violence.


De quelle violence parle-t-on ?


Il faut évoquer tous les types de violence. Il est souvent courant de ne prendre en considération que la violence physique mais les agressions telles menaces et injures ne doivent en aucun cas être ignorées. Le risque psycho-social est prégnant et peut aussi impacter la vie personnelle des professionnels de santé. Il est donc primordial de réagir face à :

  • Une agression physique (coup, tentative d’homicide, bousculade…)
  • Une agression orale (injure, menace, harcèlement…)
  • Une atteinte aux biens personnels et au fonctionnement du service


Que faire face à cette violence récurrente ?


Il est primordial de ne pas laisser la violence s’installer et devenir courante dans un service ou dans la totalité d’un établissement de santé. Les professionnels de santé doivent se sentir soutenus par leur hiérarchie et doivent être accompagnés pour faire face à cette violence. Des mesures de protection deviennent indispensables au sein des établissements de santé. Le professionnel de santé doit avoir la possibilité de porter plainte et être appuyé dans sa démarche.

La victime ne peut faire face seule à cette agression qu’elle soit physique ou morale. Bien souvent, les injures ou menaces ne font l’objet d’aucune poursuite alors qu’elles sont pourtant intolérables et ne devraient pas être tolérées. Or, le manque de temps, la peur des représailles ou la sensation de ne pas être soutenu empêchent le professionnel de santé de se lancer dans des démarches qui conscientiserait ses proches ou son entourage professionnel de la réalité de l’agression.

Lors d’un événement particulièrement violent, il est judicieux de favoriser la mise en place d’une cellule de crise qui donnerait une place prépondérante à la communication et l’échange entre collègues. La ou les victimes peuvent s’exprimer et mettre des mots sur ce qu’elles ont vécu. Cet espace de dialogue ne doit pas être rendu obligatoire mais est proposé aux professionnels de santé s’ils souhaitent extérioriser leur ressenti.

Il est important aussi que l’établissement de santé prenne place au côté de son personnel et qu’il reçoive la plainte si nécessaire, qu’un dossier d’accident du travail soit constitué ou encore qu’il apporte une aide juridique au professionnel de santé. Certains établissements de santé ont aussi la possibilité de proposer l’aide de leur avocat afin de protéger son salarié lors d’une démarche auprès d’un tribunal. Le plus important est que le professionnel de santé ne se sent pas isolé et seul à se défendre.

Edmond Le Borgne
Président de la Plateforme Nationale des Professionnels de la santé

La Plateforme Nationale des Professionnels de la Santé
7 rue Jean Baptiste Corot
44100 Nantes

E-mail :

contact@plateforme-professionnels-sante.fr.

Tél :

06 03 97 16 37