mercredi 18 octobre 2017

S Santé publique

Le burn out maternel est un état de difficulté parmi d’autres

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

La frontière entre un état et un autre est parfois bien mince, cependant, ce rapide descriptif vous permettra d’y voir un peu plus clair.


Le baby blues

Il a lieu juste après la naissance. Il concerne entre 30 à 75% des mères. Il y a un bouleversement hormonal dû à l’accouchement et la mise en place de la lactation.
Il y a également une fin de stress, une arrivée d’un long parcours qui commence au début de la grossesse et qui se termine avec la naissance d’un bébé.
Le baby blues dure entre 2 et 4 jours. La maman peut pleurer plus ou moins, avoir un sentiment de maladresse. L’affection, le soutien des proches, l’encadrement d’un personnel bienveillant aident à passer ce cap.
Un baby blues qui se prolonge au delà d’une semaine peut signaler l’arrivée d’une dépression post-partum.


La dépression du post-partum

La dépression post-partum survient durant les 4 premières semaines après la naissance d’un nouveau-né. C’est un baby blues qui s’est prolongé. Elle dure au moins 6 mois après la naissance d’un enfant. Ce phénomène touche 10 à 20% des mères. Les symptômes sont ceux de la dépression, ils peuvent persister jusqu’aux deux ans de l’enfant, si cet état n’est pas prise en charge.

Techniquement, dans le DSM-IV12, les symptômes de la dépression postpartum sont ceux de l’épisode dépressif majeur

1. Humeur dépressive.
2. Perte d’intérêt.
3. Perte ou gain de poids.
4. Insomnie ou hypersomnie.
5. Agitation ou ralentissement psychomoteur.
6. Fatigue ou perte d’énergie.
7. Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive.
8. Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer.
9. Pensées de mort ou idées suicidaires.

Le diagnostic est posé lorsque 5 symptômes (dont le n°1 ou n°2.) sont présents pendant au moins 2 semaines et que l’éclosion survient dans les 4 premières semaines après l’accouchement.


La psychose puerpérale

Relativement rare, la psychose post-partum, en plus de la fatigue, l’agitation et la modification de l’humeur, s’accompagne d’un désarroi extrême, d’un sentiment de désespoir et de honte, d’hallucinations visuelles et auditives, d’une élocution rapide, d’un comportement maniaque, d’idée suicidaires ou meurtrières visant le nouveau-né Elle ne toucherait qu’une mère sur mille.

Le burn out maternel

État d’épuisement qui arrive entre quelques mois à plusieurs années après la naissance d’un enfant, qui peut aller vers un état de distanciation voir de reniement et terminer en dépression si aucune intervention n’a lieu.

Après la naissance de l'enfant la maman va bien, elle est heureuse, elle reprend son activité professionnelle quand elle en a une. La fatigue puis l'épuisement dû aux activités ayant trait à l'enfant arrive peu à peu.
Il n’existe pas de chiffres précis pour connaître l’ampleur du phénomène. L’association Maman Travail note dans une étude que 63% des mères ayant une activité professionnelle se sentent épuisées, c’est à dire au premier stade du burn out maternel.
La description plus précise du burn out maternel ainsi que les sources utilisées pour cette article sont disponibles sur le site www.burnoutmaternel.fr.

La Plateforme Nationale des Professionnels de la Santé
7 rue Jean Baptiste Corot
44100 Nantes

E-mail :

contact@plateforme-professionnels-sante.fr.

Tél :

06 03 97 16 37